Sarkozy en garde à vue

L’ancien président de la république française Nicolas Sarkozy a été mis en garde à vue à la suite des écoutes téléphoniques, notamment publiées sur le site du canard enchaîné, qui ont conduit à le soupçonner de trafic d’influence. C’est une grande première pour un ex-chef de l’Etat, qui d’ailleurs n’est pas le seul soupçonné dans cette affaire puisqu’ont été inquiétés également son avocat et deux magistrats.

Le trafic d’influence en quelques mots

Le trafic d’influence est un délit effectué par un représentant des pouvoirs publics: il s’agit d’une forme de corruption dont la manifestation se fait au travers de transfert d’argent ou de biens, par exemple, depuis une personne physique ou morale vers la personne politique dans le but de s’en attirer les faveurs diverses. Ce peut être dans le but d’obtenir un marché, une bienveillance ou autre. En France, on considère qu’il y a trafic d’influence dès qu’une somme d’argent est versée pour obtenir des avantages, et ce quelle que soit l’influence que détient effectivement la personne corrompue.

L’affaire Sarkozy, une grande première

Ainsi, fraîchement arrivé à Nanterre, où il était convoqué pour s’exprimer sur l’affaire dans laquelle il est soupçonné d’être impliqué, Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue par la police judiciaire locale. Pendant des mois, l’ancien Président a été placé sur écoute et c’est suite aux révélations des enregistrements qu’il a été suggéré d’approfondir l’enquête. En parallèle, les gardes à vue déjà entamées de l’avocat de l’homme politique et de deux magistrats ont été prolongées. Un scandale dont se serait bien passée l’UMP en ces moments troubles. La garde à vue de l’ancien chef de l’UMP peut durer 24 heures et être renouvelée une fois, en attendant d’entendre les déclarations du principal intéressé. Il semblerait que ce soit toute une classe politique qui soit concernée par la corruption, et ce n’est pas bon pour l’opinion désastreuse que les Français en ont déjà.