L’Argentine en défaut de paiement?

1.3 milliards de dollars. C’est la somme que doit rembourser l’Argentine à l’un des fonds lui ayant prêté de l’argent. Le problème, c’est qu’après avoir essuyé plusieurs refus de rééchelonnement et de restructuration de dette, le pays craint que le remboursement de l’une attise l’urgence des autres… qu’il ne pourrait pas assumer tout de suite. C’est la course contre la montre avant la prononciation de ces mots fatidiques: défauts de paiement.

Eviter le défaut de paiement à tout prix

Les dettes qui font soucis actuellement sont à rembourser à NML Capital et Aurelius Management. Les deux fonds ont obtenu l’approbation de la Cour Suprême mi-juin, et de fait les organismes réclament désormais un remboursement des titres argentins. Ils ont racheté ces derniers pour une bouchée de pain au moment où le pays semblait sombrer économiquement, mais ils réclament cependant le remboursement à valeur initiale du prêt, soit plus de 1 milliard de dollars. Le paiement peut se faire en bons du trésor, mais l’Argentine craint la précipitation, par là, des demandes de remboursements pour d’autres fonds qui n’ont pas souhaité procéder à des réductions ou rééchelonnements d’une dette que Buenos Aires peine à rembourser.

Si les autres s’en mêlent…

Dans le cas où l’Argentine serait sommée de rembourser la totalité de ses prêts, c’est une fatale facture de 15 milliards de dollars -en plus- dont le pays devrait répondre. Autant dire qu’il n’est pas envisageable dans un pays tout juste émergent qui peine à décoller et dont la banque centrale dispose de moins de 30 milliards de réserves, à l’aube de la récession économique. Malheureusement malgré ces craintes fondées, Buenos Aires se doit de discuter avec ses prêteurs, qu’elle n’a pas d’autre choix que de rembourser. Malgré tout, dès à présent, le pays doit envisager des solutions pour un avenir qui se retrouve menacé et compromis par une telle épreuve. Réformes, nouveaux prêts, la solution idéale n’existe pas et pourtant, les gouvernements doivent s’efforcer de la chercher… et vite.